praxisa, l'école de la psychologie pratique
Praxisa, l'ecole de la psychologie pratique vous êtes ici : praxisa > les fiches pratiques de psychologie générale > les enfants surdoués
Psychologie Générale Psychologie de l'Enfant Fiches pratiques Contact
LES FICHES PRATIQUES

Les troubles du langage

 

Le phénomène des « surdoués » est bien sûr assez rare mais surtout difficilement perceptible par la famille ou par les éducateurs.
Ah! si seulement il était surdoué !
Mozart, l’enfant prodige que son père promenait à travers le monde, manifestait, dès l'âge de trois ans, des dons exceptionnels d'écoute, de concentration et de mémoire...
Pascal, le petit génie créateur de la machine arithmétique, précurseur de l’ordinateur, n’a jamais été à l'école. Et pourtant, à 16 ans, il écrivait un "essai sur les coniques"...

 

Qui n'aimerait pas avoir son petit Pascal ou son petit Mozart dans la famille ?
Et pourtant ! A coté de quelques noms gravés dans l'histoire... que de problèmes rencontrés, que de désillusions pour les parents et les professeurs.

Dons du ciel ou calamités ? Petits génies ou handicapés ?

Essayons d'y voir un peu plus clair.
Il n'y a pas de définition académique du surdoué. Disons simplement qu'il a des "aptitudes supérieures à la moyenne", que son Q.I. dépasse 125, 130 voire même 140 ! Mais comme nous le savons tous, le sacro-saint Q.I. n'est pas immuable et peut tromper son monde (d'autant que certains surdoués, trouvant les questions trop stupides répondent à côté).
Outre ses aptitudes, le surdoué se distingue des autres par les traits de son caractère :
- d'une curiosité insatiable autant que diversifiée, il est capable d'harceler son entourage, par exemple pour des questions métaphysiques. Le pourquoi et le comment l'obnubilent sans cesse.
- capable de résoudre très vite les problèmes, il est d'une vivacité d'esprit exceptionnelle.
- doué d'une mémoire exceptionnelle, il va emmagasiner pour restituer le moment venu... Il n'est pas rare qu'un enfant surdoué se mette à parler ou à écrire... sans apprentissage... à la grande stupéfaction de son entourage.
- dans un environnement favorable, il fera preuve d'un exceptionnel esprit d'invention et de créativité.

Mais attention ! la frontière est difficile à trouver entre l'enfant "précoce" qui est simplement en avance et le "surdoué". La précocité vient souvent d'une stimulation exceptionnelle due à un environnement particulièrement attentif. Il en est de même pour l'enfant "surentraîné" par ses parents qui sera aussi en avance mais uniquement dans son domaine. Le petit qui joue du violon à 5 ans et que l'on promène de salon en salon... est sans doute très doué mais n'entre pas dans la catégorie des "surdoués".

Dans les gènes ? ou grâce à son entourage ?

Comme nous l'avons étudié dans le cours, deux écoles s'affrontent. Le "surdoué" tient-il ses dons et son potentiel intellectuel :
- de sa descendance génétique...? (Aux Etats-Unis, certaines femmes demandent à être inséminer avec la semence des génies du siècle dans l'espoir de procréer à leur tour des enfants prodiges).
- ou bien d'un environnement remarquable ?
Certainement un peu des deux... Mozart et Pascal avaient en commun des pères particulièrement attentifs à leurs petits gamins!

 

Ce sujet vous intéresse ?
Approfondissez-le dans notre formation

PSYCHOLOGIE GENERALE


Le dépistage des enfants surdoués

Dépister l’enfant surdoué dès son plus jeune âge est primordial afin de pouvoir intervenir très vite. Outre les qualités que nous avons énumérées plus haut : curiosité insatiable, grande vivacité d’esprit et créativité débordante, certains symptômes doivent alerter parents et éducateurs.
L’enfant surdoué a toujours un comportement déroutant dans un sens positif ou négatif.
En général, il sait lire et quelquefois écrire avant la classe de CP
Il déteste la routine et change souvent de centres d’intérêt.
Il préfère la compagnie des adultes à celle des enfants de son âge
Il est souvent très sensible et cette sensibilité peut se retourner contre lui (il se braque alors très vite et se renferme sur lui-même).
Essayons de comprendre l’enfant surdoué : ses capacités exceptionnelles et son appétit intellectuel l’entraînent dans tous les sens : il épuise son entourage par des questions incessantes. Mais en revanche, il n’a pas de méthode, n’aime le travail que sur ce qui l’intéresse et n’a pas de constance.
Enfin, et ce point est essentiel, chaque enfant surdoué est unique ce qui rend difficile tout dépistage systématique.

L'inadaptation

Le fait même de se sentir différent conduit inévitablement à des difficultés d'adaptation aussi bien au niveau de l'école que dans la famille.
Contrairement à une idée répandue, le surdoué est souvent un mauvais élève…quelquefois chahuteur... souvent très agaçant pour ses professeurs. Environ la moitié de ces enfants sont en échec scolaire tandis qu’un tiers seulement réussissent normalement leurs études. Pourquoi ?
L’intelligence n’est pas suffisante pour réussir à l’école, il faut de la méthode, du travail, de la continuité et de la motivation. L’école exige une certaine concentration, elle n’aime pas les élèves « touche à tout » qui se dispersent très vite.
L'école ne l'intéresse pas... il s'y ennuie car il connaît les réponses et devine ce que le professeur va dire avant même qu'il ne s'exprime.
De là, deux attitudes peuvent se manifester chez le surdoué :
* L'enfant sera inhibé, solitaire, perdu dans sa rêverie et sa réflexion. Son manque d'intérêt le rejettera de la communauté.
* Au contraire, il peut devenir agité et même agressif envers les autres, manifestant par là son mépris pour la bêtise qui l’entoure.

Dans les deux cas, l'enfant peut connaître des troubles névrotiques qui se manifestent par des angoisses et des obsessions.
Face à ces attitudes, parents et professeurs sont désarmés. Souvent admiratifs et quelquefois jaloux, ils se sentent eux aussi méprisés et ne savent pas quelles attitudes adopter.

LES SOLUTIONS : Elitisme ou Intégration ?

Comment réagir ?
Tout d’abord au niveau de la famille.
Une fois le diagnostic établi, la famille doit agir avec prudence car l’enfant est très susceptible. La tâche n’est pas facile car il faudra agir sur plusieurs fronts :

Canaliser l’énergie de l’enfant sur ses centres d’intérêt mais aussi ceux de l’école. L’enfant doit toujours être stimulé pour que son intelligence soit maintenue en éveil : jeux d’échecs, musique, informatique…les activités intellectuelles ne manquent pas et il faudra l’encourager tout en faisant la part de ce qui est scolaire et extra scolaire.
Lui apprendre des méthodes de travail et montrer que c’est le seul moyen pour mettre en valeur son intelligence.
Lui apprendre la rigueur et la constance, lui montrer aussi que seul l’effort personnel lui permettra d’arriver à des résultats efficaces.
Lui apprendre à être autonome.
Favoriser les rencontres avec d’autres enfants de sa catégorie.

Au niveau de l’école.
Faut-il parquer nos petits génies dans des institutions spécialisées à l'abri du monde agressif qui les entoure ? C’est la solution préconisée par certains avec pourtant le risque de créer des ghettos. Une dizaine d’établissements existe en France.
Faut-il au contraire les garder dans le système scolaire traditionnel, leur apprendre à s'insérer dans la société pour leur permettre de mieux s’exprimer ? Ce peut être une bonne solution si les parents ont la patience, le temps et les moyens de prendre complètement en charge leur enfant.
Faut-il alors leur faire sauter des classes afin qu’ils se sentent au même niveau que les autres enfants ?
Cette question est très controversée car elle comporte des risques que nous pouvons imaginer : l’enfant a l’intelligence mais il n’a pas les méthodes.
L’important est de lui permettre de s'épanouir dans un milieu où il se sente bien, que ce milieu lui permette de communiquer et s'exprimer sans devenir asocial et enfin que son intelligence puisse se développer sans entrave.

 

 

En savoir plus :
Ce sujet vous passionne ? Ce thème est traité de façon plus approfondie dans notre formation “PSYCHOLOGIE GENERALE".

retour en haut de page

 

 

Praxisa couverture de formation

couverture de formation :
France, UE francophone,
Suisse, Quebec.
Expatriés, contactez-nous.

Secrétariat de l'école : 01 78 09 90 00 (coût d'une communication locale)
du lundi au jeudi de 9h30 - 17h00
le vendredi de 9h30 à 12h30
contact@praxisa.com

Etablissement français privé de formation soumis au contrôle pédagogique de l'Education Nationale.
N° ramsese : 0922625D Académie de Versailles.

Vous êtes à la recherche d'une formation sérieuse et concrète en psychologie générale et/ou en psychologie de l'enfant ? Praxisa, école française de psychologie, vous propose une pédagogie souple et moderne adaptée à votre niveau et à vos disponibilités. Tirez tout le bénéfice d'une méthode d'apprentissage concrète et d'un accompagnement personnalisé plebiscités par nos élèves dans une optique professionnelle. Consultez nos fiches et nos témoignages et n'hésitez pas à demander votre documentation en ligne ou au 01 78 09 9000. Dans le cadre de la prise en charge au titre de la formation professionnelle contnue, Praxisa propose également des stages de psychologie pratique à destination des salariés et des particuliers sur les thèmes du développement personnel, du développement psychologique et de la psychologie de l'enfant. Une série de stages pour progresser et se réaliser. Praxisa, l'école de la psychologie pratique.


copyright PRAXISA - V 7.0 - tous droits réservés - 2013 | à propos de PRAXISA | plan du site

accès entretiens PSY accès psychologie de l'enfant accès stages et formation professionnelle accès aux réunions d'échange accès fiches Praxisa homepage